Journal d’une vieille salope: Histoire 4

10 Aralık 2021 0 Yazar: sexhikayeleri

Babes

Journal d’une vieille salope: Histoire 4Depuis quelques semaines, je n’avais rien fait… Je me demandais déjà, si je n’avais pas fait le tour de la question. Fallait que tapisse une chambre… J’aurais pu la peindre mais je préfère tapisser… Un voisin de mon immeuble qui me voyait monter mes papiers peints m’aidait a les monter chez moi avant de me proposer l’aide de son fils… C’est vrai qu’un peu d ‘aide, c’est jamais de refus…Son fils avec 16 ans et demi… Je préférais l’aide de son fils que la sienne… Je me voyais pas risquer de devoir supporter des avances ou des blagues lourdes d ‘une personne de l’immeuble…Le lendemain, je rangeais la pièce pour commencer a travailler… Mon mari n’avait rien d ‘un manuel, il n’a même jamais changé une ampoule. Le Garçon du voisin arrivait, mon mari lui ouvrait la porte… On commençait… Le garçon passait la colle, me passait la bande a coller au mur , j’étais sur une échelle , je plaçais en haut, le garçon déroulait en bas , pendant qu’il s’occupait d ‘une nouvelle bande, je gommais les “bulles” . Mon mari vint me dire qu’il s ‘absentais pour aller chercher son journal et boire son verre au café du coin… Il en avait pour une heure. J’allais aux toilette et remarquais que ma tenue était peut être un peu limite pour un gamin de 16 ans et demi. J’avais un pantalon fort moulant noir en tissus et au dessus un top qui couvrait tout mon corps sauf les épaules. J’avais les épaules a moitié libre, laissant apparaître un peu les bretelles de mon soutiens. Le vêtements assez moulant aussi et blanc me faisait des énormes seins. Je retournais au boulot et quand ataköy escort je me penchais de mon échelle pour prendre la bande tendue par le gamin, je constatais quand même que son regard allait sur mes seins qui se trouvait a ce moment , a quelques centimètres de son visage. Au fur et a mesure, j’avais l’impression qu’ils se rapprochait a chaque fois, que quand je me tournais sur mon échelle, il mettait plus de temps a aller a genoux placer la bande, restant plus longtemps a hauteur de mes fesses… Je jetais un regard a son entre jambe et je constatait une grosse bosse qui trahissait une érection…Il était totalement exclu que je me laisse pénétrer par un jeune de cet âge la, je refuserais assurément une relation sexuelle mais la situation telle quelle ne me déplaisait pas…Il me demanda d ‘aller aux toilettes qui était a l’autre bout de l’appartement… j’allais quand a moi me prendre quelque chose a boire dans la cuisine juste a côté… C’est a ce moment que j’entendais le gamin appeler quelqu’un au téléphone, de ce que je comprenais de la discussion, la personne l’avait appelée quelques minutes avant et le gamin rappelait. Petite conversation genre , tu fais quoi ? je passe tantôt… Mais surtout, je suis chez une vieille de mon immeuble pour tapisser, une grosse mais avec une paire de gros seins qui m’excite a mort… le gars lui répondit quelque chose un téléphone qui devait donner ” Ben vas y baise la” Puisqu’il répondait…”t’es fou, elle est mariée et elle va me jeter “je retournais dans la pièce a tapisser…Il revint a son tour… Mon mari devait rentrer dans 10 minutes bakırköy escort au max…”Alors ? C’est moi la grosse vieille a gros seins ??”Le gamin semblât se liquéfier , rouge comme une tomate et bredouillant…”Non non, je parlais pas de vous…””Ha non, une autre chez qui tu tapisses en ce moment” Il ne savait plus ou se mettre et était vraiment mal a l’aise… La situation était compliquée, soit je le renvoyais chez lui, soit chez lui en allant expliquer pourquoi a son père… Soit je ne disais rien et reprenais, ce qui en gros signifiait quand même que ça remarque ne me déplaisait pas… Je lui demandais encore…”Soit pas gêné, mais tu es jeune, qu’es ce qui peut bien te plaire chez une vieille et grosse mamy comme moi “Le gamin était vraiment mal a l’aise… Ne savais plus répondre quoi que ce soit…” Tu as une copine ? “Il me répondit qu’il n’avait pas de copine, qu’il en avait jamais eu et qu’ il était puceaux… Il s ‘excusait de la phrase prononcée due a selon lui, a la proximité dans cette pièce, seul dans l’appartement. “C’est parce que je n’ai jamais rien fait madame””Et mes seins dans ce top t ‘ont excité ??”” Oui pardon…”” Ne t ‘excuse pas, c’est de ma faute, j’aurais du faire attention a ce que je mettais… Je ne vais pas coucher avec toi mais…”Toujours sur mon échelle, de descendais de deux marches , levait mon top au dessus de mon soutien, lui prenait la tête pour la placer entre mes seins… Je le sentait tout tremblant… Je faisais une grosse connerie, il allait le raconter a tout le monde… Le gamin ne me touchait pas, il restait avec sa tête bahçelievler escort et reniflais très fort l’odeur de ma peau et de mes seins… il reniflait comme un fétichiste et devenait incontrôlable comme un chien en rut. Je sortais un seins de son bonnet et lui donnait a lécher… Il léchait comme un fou. Juste assez pour pouvoir tout remettre en place au cas ou mon mari arriverait. j’avais beaucoup de plaisir de sentir sa langue me lécher le téton. Il se laissait aller a presser mon autre sein toujours dans son bonnet lui, de sa main.Me laissant aller a l’excitation, je descendais de mon échelle, me retournait contre le mur en me penchant un peu en avant, et j’attrapais ses cheveux pour le diriger vers mon cul… Il était maintenant derrière moi a genoux occupé a me renifler le cul… j’écartais les cuisses et toujours en mode levrette debout contre le mur, il me bouffait la chatte a travers le pantalon. Un vrai foufou qui me dévorait a travers le tissu de mon pantalon, tenant dans sa main, sa queue raide. Je ne pensais pas ca possible sans contact direct, mais je sentais venir l’orgasme en même temps qu’on entendait mon mari entrer… le gamin se retira paniqué mais je me retournais et moi même me frotter contre son visage , je tenais sa tête a deux main et donnai des coups avec ma chatte comme un homme ferait des vas et viens… Je jouissait directement, lui aussi…. Ça prit une vingtaine de secondes… Je remis mon sein en place et mon top, il rangeait sa queue gluante de sperme. Mon mari vint voir, je collais ma bande et le gamin la plaçait en dessous…A la fin du boulot, mon mari lui filait 100 euros pour le travail… Je raccompagnais le gamin chez son père, on prit l’escaliers, on devait parler. Il me demanda tout de suite de ne rien dire , que son père allait le tuer et que les copains du quartier allaient se moquer de lui. Ça m’arrangeais… Pas besoin d ‘en dire plus…