Money

12 Aralık 2021 0 Yazar: sexhikayeleri

Babes

MoneyElle est conseillère financière pour un groupe d’investissement privé et son job consiste à visiter des clients à domicile pour évaluer leur capacité d’investissement et leur vendre des placements lucratifs qui augmentent le portefeuille de son patron. Elle a été recrutée sur ses compétences financières et est rémunérée en grande partie au rendement. Elle réussit bien car elle a compris qu’il fallait d’une part donner confiance au client et d’autre part le charmer pour qu’il signe plus facilement. Elle a un grand sens de l’observation et des relations humaines. Les clients qu’elle visite lui sont connus par le bouche à oreille. Elle essaye de graviter dans des milieux aisés et souvent chez des gens d’un certain âge qui ont des revenus importants. Elle est finaude et s’infiltre assez facilement là où elle veut aller. Elle sait que la morale n’a rien à faire dans ce métier où il faut avoir seulement une pratique dont la partie visible est non répréhensible au plan pénal. Elle est aussi très mignonne et souple de caractère ce qui lui est bien utile. Son prénom, Money, est prédestiné.Un jour, elle a rendu visite à un homme âgé d’environ 75 ans, en forme, bien de sa personne, mais très seul depuis son veuvage. Il avait eu un métier lucratif et n’avait aucun souci d’argent si ce n’est de le placer astucieusement pour éviter trop d’impôts. Money passa beaucoup de temps avec lui, en plusieurs visites, et lui expliqua avec patience pleins de possibilités. L’atmosphère se détendit rapidement et ce monsieur appréciait ces rencontres avec une toute jeune femme souriante et vraiment pas farouche. Il signa pour un premier placement et ils se revirent régulièrement pour le suivi. Lorsqu’elle lui suggéra plus gros, il lui demanda de lui laisser un peu de temps pour y réfléchir. Mais lui proposa un weekend au vert dans son manoir akdeniz escort à la campagne. Elle hésita pour la forme puis le rappela quelques jours plus tard pour accepter. C’était facile pour elle car éprise de sa liberté elle n’avait pas de partenaire régulier dans sa vie. Elle couchait quand elle en avait envie avec des rencontres occasionnelles qui l’excitaient. C’étaient souvent des hommes plus âgés qu’elle ou parfois de très jeunes femmes qu’elle aimait faire jouir et dont elle se régalait aussi. Le vieux monsieur lui dit « je passe vous prendre, on fera la route avec ma jaguar ». Elle fut impressionnée et monta en voiture avec juste un petit bagage discret. Ils roulèrent longtemps et parlèrent de tout et de rien sur un ton badin. Ils arrivèrent à la nuit dans une grande maison isolée au milieu d’un grand parc. La maison avait été préparée avec un feu dans la cheminée et une table dressée avec deux couverts. Il lui dit de laisser sa valise dans l’entrée puis s’affaira à réchauffer un bon repas qui les attendait. Elle avait mis une robe élégante et courte, assez décolletée qui laissait voir le galbe de ses seins. Elle resta devant le feu et la lumière chaude des flammes soulignait ses courbes et traversait même le tissu léger de sa jupe. Ils dînèrent et c’était très bon. Ils burent des grands crus et là aussi ce fût exquis. A la fin du repas ils se mirent dans un grand canapé et il se pencha vers elle pour lui dire « alors coquine, on va voir maintenant si tu arrives à faire bander un vieux cochon » en souriant avec un air cynique. Elle comprit immédiatement qu’elle était piégée et que la suite n’allait pas lui plaire. Il lui prit la main et la posa sur sa braguette en lui disant « allez au travail la belle, j’ai la bite un peu fainéante ». Elle le regarda et vis qu’il tenait une cravache. Elle mezitli escort eut peur et se mit à genou sur le tapis entre ses jambes, ouvrit son pantalon et baissa son caleçon. Sa bite était flasque. Elle la prit dans ses doigts pour la masser. Il ne disait rien mais la regardait attentivement. Comme il ne bandait pas elle prit son sexe en bouche et tenta de le réanimer sans effets. Elle l’entendit lui dire « A poil ma belle, que je vois tes fesses, ma cravache en a envie ». Elle se rappela que son téléphone était resté dans l’entrée. Elle était coincée et se dit qu’il fallait le satisfaire pour avoir la paix. Elle se mit toute nue et repris position entre ses jambes. Il la regardait avec des yeux allumés et il lui dit « allez salope suce moi longtemps, et fait moi bander sinon je te caresse le cul avec cette badine qui sert à ma jument les autres jours ». Elle reprit sa fellation et sentit bientôt les coups sur ses fesses. D’abord quelques-uns puis de plus en plus. Il ne bandait pas. Il se lassa et lui dit « viens petite on va passer aux choses sérieuses ». Il remit son pantalon et avant qu’elle le comprenne il lui avait passé une paire de menottes. Il la mit debout lui caressa les fesses qui étaient brûlantes et accrocha les menottes à une corde qui pendait le long d’un mur. Puis il tira. Elle eut les bras soulevés au plafond et il s’arrêta quand elle n’eut plus que la pointe des pieds au sol. Il se mit devant elle et lui pinça les seins très forts en les tordant un peu puis plus fort. Elle hurla. Il lui dit « ferme ta gueule chérie, ici personne ne peut t’entendre, et si tu cries je te bâillonne ». Elle fit oui de la tête et des larmes coulaient sur ses joues. Il lui mit la main sur le sexe et en la regardant bien dans les yeux il dit «Je suis sûr que tu vas jouir avant moi ». Il prit un fouet yenişehir escort et commença à la fouetter doucement. A chaque coup elle ressentait une douleur supportable. Sa peau n’était pas blessée mais s’échauffait. Il allait lentement en visant bien chaque fois où il voulait la marquer. Il passa partout des mollets aux cuisses puis aux fesses. Il remonta sur le ventre, puis la taille puis les épaules et finit pas les seins où se fût plus sensible. Au bout d’un moment elle ne sentit plus la douleur mais seulement la chaleur sur sa peau. Elle ressentit une excitation de plus en plus forte. Et alors que son sexe commençait à mouiller elle se surprit à se positionner pour mieux recevoir les coups. Il était expert et suivait son évolution. Quand il vit qu’elle était mûre, il vint de nouveau très près devant elle et lui dit aller demande moi de te pénétrer « Faites-moi jouir s’il vous plait » s’entendit-elle dire submergée par ses pulsions et la volonté infernale de ce partenaire démoniaque.Il ne bandait toujours pas mais il alla sur le bord de la cheminée chercher un gros god qui présenta entre les cuisses de la jeune-femme. Elle les écarta d’elle-même pour faciliter la pénétration. Il la branla un grand moment toujours pendue à sa corde puis il la détacha car elle était désormais sous son emprise. Elle se mit tout seule en levrette sur le tapis devant le feu et en écartant ses deux fesses lui dit « venez s’il vous plait ». Il la baisa encore dans le vagin puis présenta le gros god devant son anus et c’est elle qui recula pour se pénétrer. Elle jouit sans aucune retenue avec des cris, des gémissements, des tremblements de tout le corps puis elle s’affala à plat ventre les cuisses écartées sur le tapis pour récupérer. Lui s’était de nouveau assis dans le canapé. Il avait posé un de ses pieds sur sa taille et regardait le feu dans la cheminée. Après un grand moment elle se repositionna à genou entre ses cuisses et embrassa ses mains en lui disant « merci, je n’avais jamais eu d’orgasme aussi puissant ». Il lui répondit « tu es une bonne petite, tu m’as donné beaucoup de plaisir mental ».